Mémé dans les orties : le livre pour vous reconnecter à votre famille

Depuis une dizaine de jours, pour des raisons professionnelles, je passe pas mal de temps dans les avions (Nice) et TGV (Strasbourg). J’ai pu mettre à profit ces quelques heures bloquées dans les transports en lisant un très bon ouvrage d’Aurélie Valognes (une jeune auteuse auto-éditée) : Mémé dans les orties.

memedanslesorties

Ce roman raconte avec humour la vie d’un octagénaire aigri et solitaire (Ferdinand) qui fait tout pour éviter ses voisines et le placement en maison de retraite. Heureusement, il va rencontrer une petite fille intelligente et curieuse (Juliette) et une grand-mère (Béatrice) fan comme lui de séries policières et du grand Julien Lepers;  sa vie sera alors enfin parsemée de bonheurs.

Au sommaire :

  1. Présentation de l’éditeur
  2. Mon avis sur Mémé dans les orties
  3. Et si on allait voir Mémère et Jojo avec mes enfants ?
  4. Comment gagner le livre ?
  5. Où l’acheter ?

 

Présentation de l’éditeur

 

 

Solitaire, bougon, acariâtre – certains diraient : seul, aigri, méchant… –, Ferdinand Brun, 83 ans, s’ennuie à ne pas mourir.

Son unique passe-temps ? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot.

Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence.

Mais lorsque sa chienne prend la poudre d’escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie… jusqu’au jour où une fillette précoce et une geek de 93 ans forcent littéralement sa porte, et son cœur.

 

Mon avis sur Mémé dans les orties

 

Mémé dans les orties est un roman très bien écrit, très bien organisé et plein de surprises. On démarre dans le prologue par ce qu’on pense être la fin du livre. Cela pose le personnage aigri de Ferdinand et introduit une scène finale où le héros devra choisir entre la fuite en avant ou la transformation en « papy guimauve ».

Tous les personnages qui composent l’histoire sont parfaitement décrits : grand père, nonagénaire, fillette, concierge, super flic et ex-gendre, facteur et ex-amant, fille du grand père, petit fils du grand père,…

Leurs histoires du passé et les trajectoires qu’ils ont choisies permettent de mieux comprendre  leurs postures et de reconstituer petit à petit le puzzle. Au fur et à mesure que l’histoire avance, on se rend compte que tous les protagonistes sont très interconnectés.

L’histoire saupoudrée de clichés est très amusante à lire, à chaque chapitre on découvre un nouveau rebondissement  où tout ce qui était vrai avant peut être contredit. On s’attache à Ferdinand dès lors que Béatrice et Juliette rentrent dans sa vie, on craint le pire pour lui (santé, maison de retraite, arrestation) et on a envie d’aller au bout du livre en espérant que ça se terminera bien pour lui.

J’ai adoré toutes les références aux séries policières américaines et à la vie culturelle d’une personne à la retraite (scrabble, bridge, questions pour un champion, 4 à la suite,…). Cela m’a rappelé les vacances passés pendant mon enfance avec mes grands parents maternelles avec qui j’ai toujours été très proche.

 

Et si on allait voir Mémère et Jojo avec mes enfants ?

 

Mes 2 enfants (4 ans et 4 mois) ont encore la chance d’avoir leurs 4 grands parents et aussi leurs 2 arrières grands parents (Ma mémère et mon Jojo). Ils sont proches des 90 ans et ont eu pas mal de pépins de santé ces derniers temps.

Ma grand mère est à l’hôpital (elle devrait rejoindre la maison de retraite après), mon grand père vient tout juste d’en sortir… On va aller les voir ce dimanche avec toute ma petite famille, mes parents et ma soeur.

biscuits-alsaciens

 

J’ai acheté hier pour l’occasion – en pensant aux pattes de fruits offertes par Juliette à Ferdinand dans Mémé dans les orties – quelques biscuits alsaciens qu’on pourra savourer tous ensemble en famille.

La lecture de Mémé dans les orties aura eu la vertu de me donner envie de me reconnecter à mes grands parents éloignés et souffrants.

Comment gagner le livre Mémé dans les orties ?

 

En prologue de l’article, j’indiquais que l’auteuse Aurélie Valognes était auto-éditée,… C’était jusqu’à ce que son livre se vende à plus de 20 000 exemplaires ! Maintenant, elle est éditée chez Michel Lafon (pour la version brochée) et elle a même une personne à temps plein qui gère de main de maître ses réseaux sociaux.

 

Si vous souhaitez gagner comme moi son roman en version papier, il suffit de suivre mémé dans les orties sur twitter ou facebook,… Chaque jour il y a un livre à gagner.  

 

Où l’acheter ?

Mémé dans les orties est en vente dans toutes les bonnes librairies. Vous pouvez le lire tout de suite en version e-book sur Amazon au tarif très compétitif de 3 € ou l’acheter en version papier à 17€.


advertising


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*